Aout – C’est le premier je balance tout


« la plupart du temps, non. c’est comme les gens qui imaginent qu’ils seront plus heureux en allant vivre ailleurs, mais qui apprennent que ca ne marche pas comme ça. où que l’on aille, on s’emmène avec soi. « 


Fin des vacances, fin de la farniente ou des voyages pour ceux qui ont la chance de partir en vadrouille sur les routes des pays étrangers, de nouvelles cultures, rencontrant de nouveaux paysages, de nouvelles personnes, les oreilles s’exposent aux langues exotiques, aux couleurs, aux fraîcheurs, aux chaleurs inhabituelles. Je quitte ma France dans la lecture pour ma part et, en ce moment je me baigne dans le contexte de Petit Pays, livre de poche de la rentrée littéraire que j’attendais avec une grande impatience, à force de le voir partout, l’effet de contagion est fascinant. Beaucoup moins cher qu’un billet d’avion et beaucoup plus sécurisant, un livre c’est le voyage dans les pages ! En vrai je ne savais comment introduire ce premier je balance, il en faut de l’imagination pour écrire un petit mot pour désigner ce qui nous a fait frissonner tout le long de ces quatre semaines. Ce fut ardu, une journée en ouibus pour retourner chez moi, dans le nord, là où le climat semble bien froid par rapport aux températures chaleureuses de Lyon.


☼ LE FLOP ET LE TOP ☼


J’entretiens déjà un rapport aux livres assez mystique, et, plus je pratique l’écriture du blog, plus je me dis que mes rituels de lectrice s’agrandissent. D’intrigante personne à la fac toujours accompagnée de son livre, là, assise près de la salle où se déroule le cours, la lectrice se métamorphose en ogre sitôt qu’elle s’allonge confortablement dans son canapé (parce que lire sur un lit en mezzanine c’est le châtiment des bras endoloris), une créature bouffant les phrases, n’hésitant pas à les surligner, à coller de jolis post-its colorés entre les pages, à dessiner dessus, à abandonner un roman qu’elle avait essayé de lire depuis quelques années, à pêcher dans ses envies un léger coup de coeur. Non maintenant la lectrice elle exerce son droit à la catharsis, elle en a sacrément besoin en ce moment pour palier à la dépression qui lui ravage le coeur.
Puisque je ne déroge jamais à la tradition de choisir un flop, bien que ce mois-ci fut comblé de nombreuses et fortes découvertes on va dire que Bonjour Tristesse fut un livre qui a parlé à mon inconscient, il a bousculé des choses qu’il ne fallait pas, il a secoué des parenthèses de douleur, il a crié dans les échos de mes souvenirs, de mes douloureuses mémoires. Il m’a permis de revenir dans l’introspection de mon adolescence décharnée, cette période où l’on se pose toutes sortes de questions existentielles, on couple ce livre à une série que j’ai mangé durant trois jours, 13 reasons why, qui m’a écartelé par sa vérité, son honnêteté, son désir de montrer non pas de manière brutale (si clairement) mais de s’exclamer et de dévoiler. L’adolescence et les danger l’entourant, un vrai parcours du combattant. Avec Françoise Sagan, c’est une plume atypique chamboulant, une manière de tourner ses mots étrange, une contemplation de la psyché d’une perdue, d’une paumée. Si je le place dans les flops c’est parce qu’il a dérangé mon intériorité, qu’à la fin du bouquin j’ai passé quelques minutes à regarder dans le vide, réfléchissant à cette lecture. C’est complexe, profond, nageons dans les ressentis plutôt que d’essayer de rationaliser pour une fois.

J’aurai aimé placer Le gang des rêves dans mon top du mois d’aout, force est de constater qu’il m’a beaucoup apporté mais que je sais qu’il ne me restera pas longtemps en mémoire. Je ne juge pas sur la qualité du roman, car, en 900 pages l’auteur garde un rythme étroit d’action, de passion, de douleurs à dresser, une évolution, des parcours, une psychologie affirmée pour tous les personnages vivant dans sa fresque de violence, de joie, de tristesse. J’ai aimé Chrismas et Ruth, Cetta et son compagnon. Pourtant je n’ai pas reçu l’uppercut au coeur, sûrement car j’en ai trop entendu parler, parce que la plume n’est là que pour raconter une histoire… Non, celle qui m’a envoûté est bien la princesse obscure Jane Eyre, la féministe avant l’heure. Je ne me lasserai absolument jamais de ses prises de décisions, de son histoire tragique qui se finit pourtant dans le bonheur, il donne de l’espoir ce livre. Etant romantique dans l’âme, ayant une large conception du bien et du mal sans pour autant être manichéenne, Jane m’offre la paix de l’âme. Je relis des passages, je m’engouffre dans les mots, ce livre possède le pouvoir particulier de soigner, de faire prendre conscience que l’on est tous capable d’aimer et d’être aimé. Bien préservé au fond de mon battant, je l’ouvre tous les jours pour prendre de ses nouvelles.


☼ LES DÉCOUVERTES LITTÉRAIRES ☼


En bonne élève, je n’ai pas oublié de noter les articles clés de ce mois-ci, je me suis rattrapée ! Attention trêve de bavardage, il y en a beaucoup, une flambé de jolis articles servant à dégarnir le porte-monnaie et garnir vos étagères de bibliothèques. Quand on aime on ne compte pas, mieux, les livres se mangent comme une pizza, ils ont l’avantage de grossir l’esprit et non le corps. La tristesse des anges, dernier opus d’une saga d’apprentissage en Islande, l’on me chuchote poésie, j’accours directement, pas la peine de grands discours, le mot poésie me vend tout de suite à la cause. Des envolées lyriques, des scènes contemplatives, une recherche de soi même, la vie semble un apprentissage de tout temps jusqu’à la mort, on ne cesse d’apprendre, je pense qu’il est fait pour moi. Puis Douleur, ouvrage que j’avais vu étalé sur la table des nouveautés de la fnac, j’attends les poches, celui là encore pour un bon moment, mais il semble si cruel dans ses paroles vraies, celles qui explosent au visage, dans une agonie de figure de style que j’apprécie énormément, les passages que Charlotte a donné m’ont déjà conquise, bouleversée, j’ai hâte de l’avoir entre mes mains pour le déguster. Il faut dire qu’au début j’étais sceptique. J’ai toujours été passionnée d’histoire surtout lorsque je peux allier le plaisir de la romance aux événements énorme, la rentrée littéraire promet un roman somptueux que je découvrirai l’an prochain (nan mais l’attente insupportable), une ovation pour Underground Railroad, je le vois de plus en plus souvent sur la blogo et dieu qu’il me donne envie ! Merci Moka pour ta si jolie plume qui transcende mes émotions et m’offrent l’impression que ce livre m’appartient déjà. Pour terminer sur une note jeunesse, il est rare que mes pas me portent vers ce genre littéraire que j’ai délaissé au profit des classiques et des contemporains, Songe à la douceur pourtant me fait de l’oeil avec sa plume exquise et ses échos ravis. Puis, passant la dure étape de la séparation et de l’amour confus, dangereux, etc… ce livre pourrait m’apporter un peu de… douceur justement !


☼ LES DÉCOUVERTES WEB ☼


Quelques nuances de psychologie pour ce mois-ci, j’ai découvert des chaînes youtube très intéressantes, présentées par des personnes talentueuses et passionnantes. Elles parlent de sujet de société, de développement personnel, de gentillesse, de bienveillance, des critiques sur un film que j’avais aimé au début puis, ayant un autre point de vu, détesté. La carologie nous dit dans une longue vidéo ce qu’elle pense de la gentillesse dans une éloge à être soit même pour comprendre les autres ; être gentil n’est pas servir tout le monde pour attendre quelque chose d’autre en retour mais essayer d’élever les proches à être ce qu’ils sont, en étant honnête. Puis une découverte, les cinq blessures qui empêchent d’être soit même ; au début un livre de médecine douce, c’est la vidéo d’une interview d’une coach ou d’un psy qui explique très précisément que ces cinq blessures (trahison, injustice, abandon, rejet, humiliation) nous créé comme masque dans la société. J’ai passé mes journées après avoir visionné cette vidéo à décortiquer les comportements de mes proches pour mieux les cerner. ce fut très amusant. Quand un film te dit que tu dois mourir est une vidéo faite par une jolie jeune fille malade, elle explique comment le film et le livre de Me before You n’est pas un bon film dans les messages qu’il porte. Je ne l’avais jamais vu de cette manière, mais la vidéo est bouleversante et ouvre les yeux sur les maladresses, et les stéréotypes, ce film peut être dangereux, c’est comme si l’on programmait une série en disant noir sur blanc que les malades mentaux, les dépressifs par exemple devaient se suicider pour ne plus être un poids pour les autres. Non ! Minutes chanson, rap, poésie, amour… Gaël Faye, en plus d’écrire un roman absolument renversant écrit aussi des chansons, des raps magnifiquement poétiques, des paroles porteuses d’espoir, de colère, de rage, engagée pour la société et encourageant à rendre le monde meilleur. Je me suis immergée délicieusement dans sons nouvel album et cette chanson m’a marqué, au point que je l’écoute tout le temps : Irruption.

☼ INTROSPECTION ☼


J’ai eu bien peur de ne pas terminer cet article à temps alors que je l’avais préparé deux jours en avance en bonne élève que je tente d’apparaître ! J’ai retrouvé mes chaussures dans ma chère ville, expression pour dire que je suis bien rentrée. J’écris, j’écris, j’écris, pour mon blog, des poèmes, des paroles de musiques que je ne peux décemment pas composer car je ne possède pas encore de talent et de bases à la musique (j’ai bien fais six mois de violon durant ma jeunesse mais ça ne compte pas), j’écris dans mon carnet des plans pour mes futurs romans car j’ai enfin pris conscience qu’un roman semblait comme une statue, pour le sculpter il faut un minimum travail préparatoire. Alors mes carnets sont barbouillés de notes et je me lance le défi de terminer mon premier roman cette année !

Diane surprise – Jules Lefevbre
Publicités

Une réflexion sur “Aout – C’est le premier je balance tout

  1. J’ai lu ta chronique avec beaucoup d’intérêt. Je n’ai pas lu Bonjour Tristesse mais ce que tu as ressenti en le lisant m’a captivée. Cet été j’ai aussi regardé toute la première saison de 13 reasons why, en éprouvant un mélange d’horreur (cette lycéenne a vécu tellement d’horreurs en a si peu de temps…) et d’incompréhension (comment en est elle arrivée là). J’aimerais lire le roman maintenant car le dernier épisode m’a laissée sur ma faim. À bientôt

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s