La compagnie des loups

691452_8417353

Après une longue pause de deux semaines où je n’ai lu pratiquement aucune pages sauf de ce recueil de nouvelle, je reprends le rythme habituelle de mes lectures petit à petit. Je ne saurais expliqué pourquoi ni comment mais le fait est que la période d’Octobre est assez souvent similaire à suicide créatif de ma part. Ajoutons à cela ce côté morbide de mes lectures passées qui, je dois l’avouer, m’ont causé un choc par leur contenu ; La Compagnie des loups est dans ce même registres où les phrases sonnent avec plus de célérité et de passion encore que L’Exorciste. C’est la quatrième de couverture séductrice qui tel un cercueil de beauté m’a ravie dans des contrées hors du temps, de l’espace ; un pays imaginaire où plusieurs histoire découlent d’une ambiance parcheminée à l’érotisme. Cependant oubliez tout de suite les Fifty Shade Of Grey ; celui-ci réside dans l’anonymat par l’implacabilité de ses tournures de phrases ô combien magnifiques. Un vrai régal pour la littéraire que je suis !

Je songe à la difficulté d’écrire un avis constructif sur un  recueil de nouvelles. Comment peut-on être juste en quelques paragraphes ? Comment vous faire comprendre la litanie esthétique dont recèle ce joyaux que je ne cesses de relire ou, tout du moins, certains passages. J’ai gribouillé presque toutes les pages car la magie des mots est on ne peut plus véridique et tient dans la subtilité, la poésie, l’effervescence, la profondeur des thèmes abordés. Grand amatrice de contes de fée, je suis tombée sur le trésor de tous fan qui se respectent, des nouvelles ni trop longues ni trop petites censées nous combler de leur bienfaits. Attention néanmoins, La compagnie des loups n’est pas à mettre entre toutes les mains surtout pas à celles d’enfants innocents car ce bijoux sécrète des réflexions très sombres, très difficiles à comprendre. Il a été d’ailleurs vaste pour moi et, je sais que, si je le relis, je découvrirais autre chose, d’autres sens ; définition même d’un chef d’oeuvre. Dans la préface est dit qu’Angela Carter avait étudié Sade durant ses études, en a fait une thèse publiée ; pourquoi s’occuper d’un écrivain véreux, d’un dangereux homme frisant le malsain dans tous ses textes ? Amoureuse de l’ingéniosité, de la créativité de certaines personnes je me suis pendue de joie par cette pensées égarée, philosophique de l’auteur qui, non sans tact nous explique que les femmes peuvent être libérer, deviennent le bourreau. Je ne suis pas aussi talentueuse qu’Angela et je vois bien que je rends ses paroles un peu incompréhensives. Il faut lire pour réaliser que ces nouvelles sont des perles.

Reprenant les contes célèbres de notre insouciance, c’est une fileuse de fils d’or qui relie l’esthétique au récit ; de Barbe Bleue elle en fait un monstre, de la Belle et la Bête elle en fait des êtres brisés où se complet un bout de la pensée de Sartre, Alice, Blanche-Neige, Le chat botté (cette nouvelle est la moins aimée), tous les personnages naufragés qui nous ont permis de grandir, de nous construire sont mis en scène par une atmosphère, une ambiance assez noir. Pas d’humour, pas de légèreté, nous entrons dans un temps imaginaire qui de limite n’en a pas. Ce sont des mots éparpillés qui prennent leur force dans ce que nous sommes, chacun interprétera de façon différentes quand bien même il y aura quelques minces filets de bonheur éparpillés. Ce livre est subjuguant non pas dans le sens où je n’ai pu le lâcher jusqu’au l’entièrement du jour mais par les passages d’une magnificence époustouflante où mon coeur battait, se rompait pour apprécier le chant des événements. Je crois que me répète mais je suis tombée amoureuse comme une belle écervelée de la plume aiguisée de l’écrivain. J’ai mangé, j’ai dégusté, j’ai aussi réfléchi sur la définition de certains mots, cela m’a motivé pour écrire, à attiser peut-être ma jalousie de m’avouer que je ne dépasserais sûrement pas ce talent un jour. Il est marrant de constater que je n’ai pas grand chose à dire, à analyser, la grande chose qui m’aura marqué est le style palpable de l’écrivain, transcendant les maux et transportant dans les limbes de la narration.

La magie de la littérature prend encore une fois son sens avec La Compagnie des loups qui, loin de se détériorer restera, je pense, un livre phare pour tous amateurs de contes transposés dans notre présent. D’ailleurs Angela, loin de reprendre au mot dit l’univers globale de ces récits d’apprentissage en métamorphose le sens : des jeunes filles enlevées mises aux mains des bourreaux qui prennent pouvoir à leur tour. C’est un essaie sur le féminisme, une satire sur l’illusion des hommes que de condamner la femme à rien d’autre qu’un corps. Ce recueil n’est pas dans le même genre que les livres que l’on vend aujourd’hui, contemporains, racontant une histoire, La compagnie des loups est bien plus, nous fait réfléchir sur des thèmes cachés, sur des secrets voilés, on en ressort grandi plus attisé. J’apprécie énormément la trilogie de Sarah Pinborough : Poison, Charme et Beauté ce dernier je dois bientôt lire et, à elles deux, développent une modernité à leur manière. Nous revenons à l’essentiel des contes de fée : celui de nous éduquer, de nous faire prendre conscience de certaines choses, par la richesse textuel chez l’une, par l’humour et l’intrigue chez l’autre. Choisissez, vous en ressortirez comblé.

Publicités

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Maned Wolf dit :

    Ehhh ! Bon retour sur wordpress du coup 😀 Tu le sais sûrement déjà, mais tu peux toujours venir vers moi si tu as des questions, peut-être que j’arrive à t’aider 🙂

    1. AMBROISIE dit :

      Je n’hésiterai pas du tout, j’essaie de me faire à cette plateforme mais j’avoue qu’elle semble de loin meilleure à blogger ! **

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s